L’HISTOIRE DE LA BARAGOGNE

Légende de la Baragogne

Dans des temps très lointains, à Saint-Christol, il y avait une Baragogne.

Plus terrifiante que le babau, plus méchante que la roumèque, elle vivait dans un puits où les Saint-Christolaines allaient remplir leurs oules et les Saint-Christolains leur pichet d’eau pour colorer le pastis.

La plupart du temps, elles se tenait tranquille, la gueule fermée et les yeux clos.

Mais quand un enfant n’était pas sage, que ni punitions ni sermons ni fessées n’avaient pu le corriger, elle ouvrait ses paupières vertes, elle grimpait hors du puits et là, elle ouvrait son immense gueule rouge tapissée de dents jaunes. Les écailles verdâtres dont son corps était couvert dégageaient une odeur nauséabonde et elle se laissait retomber sur le méchant enfant et l’emportait au fond du puits pour le dévorer à son aise.

Et, se retournant vivement, elle replongeait comme une énorme couleuvre dans le puits. On ne voyait plus que bout de sa queue fourchue et puis, plus rien…

Tous les enfants avaient peur de la baragogne.

Sauf un.

On l’appelait Calandras. Parce qu’il était vraiment méchant.

Dès qu’il y avait une bêtise de faite, un méfait accompli, un larcin découvert, un animal estropié ou une cruche cassée, ce n’était qu’un seul cri : C’est la faute à Calandras ! La baragogne le mangera !

Mais il s’en moquait bien et continuait en ricanant à voler les œufs dans les poulaillers, à couper les raisins avant qu’ils soient mûrs et à montrer son derrière aux vieilles qui sortaient de l’église.

Mais celui qui ne s’en moquait pas et qui avait grand peur, c’était son frère jumeau qu’on disait le Bravet, tellement il était gentil et serviable et poli que c’en était un bonheur. Il était aimé de tous et même des animaux. On ne savait pas comment, mais même les taureaux sauvages et noirs ne le chargeaient pas et venaient manger dans sa main. Malgré toutes ses bêtises et ses mauvaises paroles, il aimait son frère Calandras et il vivait dans la peur que la baragogne ne l’emporte au fond du puits pour le dévorer.

Ce qui arriva un jour et n’étonna personne.

Quand Bravet appris la nouvelle en revenant de la vigne où il avait travaillé toute la journée, il se précipita vers le puits, se pencha sur la margelle et appela :

– Baragogne ! Baragogne !

Une voix très désagréable monta des profondeurs noires en même temps qu’une odeur pestilentielle :

– Qui vient me déranger juste au moment où j’allais commencer mon repas ?

– C’est moi, Bravet, le frère de celui que tu vas dévorer !

– Toi aussi, tu as fait des bêtises ?

– Non. Mais j’ai une proposition à te faire.

– Tu veux le remplacer ?

– Non, dit Bravet. Mais je sais qu’il y a fort longtemps que t’as rien mangé et tu dois avoir grand faim. Et mon pauvre frère n’est pas très gras, tu n’en feras qu’une bouchée et ensuite tu auras encore plus faim. Je te propose de t’emmener un autre enfant dix fois plus gros et cent fois plus méchant, tu en auras pour ton estomac !

– D’accord, dit la Baragogne, mais ne tarde pas !

Quand Bravet revint, la Baragogne était sortie. Elle tenait serré sous son ventre le pauvre Calendras qui pleurait et se lamentait et promettait de devenir le plus gentil des enfants.

– Alors, dit la Baragogne, où est cet enfant si gras et si méchant ?

– Lâche mon frère, dit Bravet.

La vilaine bête repoussa Calendras qui s’enfuit en hurlant, laissant derrière lui un sillage de salive verdâtre.

– Voici ta nourriture, dit Bravet.

On vit s’avancer un énorme enfant, presque aussi grand que le clocher de l’église. Ses vêtements étaient tellement serrés qu’ils semblaient prêts à éclater. Ils étaient fait de cent et cent morceaux comme ceux du Pétassou. Il avait un chapeau enfoncé très bas et on ne voyait pas son visage. Il avait d’une drôle de façon de marcher, comme s’il avait quatre pattes au lieu de deux jambes.

– Il n’est pas très appétissant mais il est fort gras, dit la Baragogne.

Elle ouvrit sa large gueule rouge et la referma sur l’enfant gras.

Et le recracha :

– Aïe ! Aïe ! Aïe ! Hurla-t-elle. Ce n’est qu’un mannequin !

Et elle se mit à cracher comme des pépins toutes les souches ont il était fait.

– Tu m’as trompé ! Hurla-t-elle, mauvaise. Mais avant que je ne te dévore, dis-moi comment as-tu fait pour le faire marcher ?

– On m’a aidé ! Dit Bravet.

– Qui ? Éructa la Baragogne.

– Lui ! Dit Bravet en montrant un taureau noir qui grattait le sol de la place et qui, d’un coup, fonça sur la Baragogne, la fit virevolter sur ses cornes et la précipita dans le puits où elle disparut.

Il y eut des éclairs et de la fumée et quand elle se dissipa Bravet s’aperçut que le puits s’était refermé et qu’il avait disparu.

Où se trouvait-il ? Nul ne s’en souvient. Mais attention à ne pas trop faire de bêtises, il pourrait peut-être se rouvrir…

René Escudié

 

Legendi de la Baragònha

Un còp èra, i a fòrça temps ara, a Sant Cristòu, i avià una Baragònha. Mai esfraianta que lo Babau, mai michanta que la Romega, viviá dins un potz onte las Sant-Cristòlenas anavan emplenar sas olas e los Sant-Cristòlens sos pichets per dire de tintar lo pastis. La màger part dau temps, se teniá suava, gola barrada e uòlhs clauses. Mas quand un dròllet èra pas sage, que ni castigadas, ni presics, ni rostas i fasián pas res per lo corregir, dobrissiá sas ussas verdas, esclava fòra lo potz e aquí, dobrissiá sa gola roja e giganta clafida de dents jaunas. Las escaumas verdencas que son còs n’èra tot cobèrt desgatjavan una pudissina e èla se quitava tombar sus lo marrit enfant e se l’emportava al cròs dau potz lo devorar a son aiset. En se virant lestament, tornava cabussar coma una colòbrassa dins lo potz. Se vesiá pas que la fin de sa coa forcuda e puòi, pas pus res…

Totes los enfants avián paur de la Baragònha. A despart d’un. Lo disián Calandràs. Perdeque èra vertadièrament missant. Tre que i aviá una bestiesa de facha, una malafacha complida, un raubatge descobèrt, un animal matrassat o una ola espetada, n’èra qu’un sol crit : es la fauta de Calandràs ! La Baragònha lo manjarà ! Mas el se’n fotiá plan e contunhava en cacalassant de raubar los uòus dins los galinièrs, de copar los rasims abans que sián madurs e mostrar son cuol a las mametas que sortissián de la gleisa. Mas un que se’n fotiá pas e que aviá granda paur, èra son besson que disián Bravet, talament èra brave e serviciable e ben elevat que èra un bonaür. Èra aimat de totes emai das bèstias. Òm sabiá pas coma, e mai los buòus salvatges e negres venián i manjar dins la man. Aimava son fraire malgrat totas sas bestiesas e sas marridas paraulas, e viviá dins la paur que la Baragònha s’en venga l’emportar dins lo cròs dau potz per lo devorar. Çò qu’arribèt un jorn e qu’estonèt pas degun. Quand Bravet aprenguèt la nòva en tornant de la vinha onte aviá trabalhat tota la jornada, s’acorsèt dòrs lo potz, se clinèt sus la rebaisset e cridèt :

  • Baragònha ! Baragònha !

Una votz fòrça desagradiva montèt de la prigondor negra amb una pudissina granda :

  • Cau es que ven me desrengar al quite moment ont anavi començar mon repais ?
  • Es ieu, Bravet, lo fraire de lo que vas avalar.
  • Tu tanben as fach de bestiesas ?
  • Non pas. Mas ai una prepausicion de te faire.
  • Lo vòls remplaçar ?
  • Non ditz Bravet. Mas sabí que i a fòrça temps qu’as pas res manjat e deves tener grand talent. E mon paure fraire es pas gaire gras, ne’n farás pas qu’una bocada e puòi auràs encara mai talent. Te prepausí de te portar un autre enfant dètz còps mai gròs e cent còps mai missant, n’auràs per ton estomac !
  • D’accordi, ditz la Baragònha, mas trigas pas !

Quand Bravet tornèt, la Baragònha éra sortida. Teniá sarrat jos son ventre lo paure Calandràs que plorava e gingolava e prometiá de s’endevenir lo mai brave das enfants.

  • Alara, ditz la Baragònha, ont es aquel enfant tant gras e tant missant ?
  • Desliura mon fraire, ditz Bravet.

La marrida bèstia butèt Calandràs que s’enfugiguèt en bramant, quitant darrièr el una rega de saliva verdassa.

  • Vaquí ta mangiscla, ditz Bravet.

Òm vegèt s’avançar un enfantàs, gaireben tant grand que lo cloquièr de la gleisa. Sos vestits èran talament sarrats que semblavan prestes d’espetar. Èran faches de cent tròces coma lo del Petasson. Avià un un capeu plantat fòrça bas e se vesiá pas sa cara. Aviá un biais estranh de marchar, coma s’aviá quatre batas puslèu que doas cambas.

  • Es pas gaire gostòs mas es fòrça gras, ditz la Baragònha.

Dobriguèt sa larga gola roja e la barrèt sus l’enfant gras. E puòi escopissèt.

  • Ai ! Ai ! Ai ! Bramèt. Es pas qu’un espavental !

E se fotèt a escopir coma de granetas totas las socas que la peteta n’èra facha.

  • M’as enganat ! Bramet la bèstia enforonada. Mas abans que ne’n venga a te devorar, diga-me coma as fach per lo faire marchar ?
  • Òm m’ajudèt ! Diguèt Bravet.
  • Cau ? Rondinèt la Baragònha.
  • El ! Diguèt Bravet en mostrant un buòu negre que gratusava lo sòl de la plaça e que, d’un còp, foncèt sus la Baragònha, la faguèt virolejar sus sas banas e l’escampèt dins lo potz ont desapareguda.

I aguèt d’eslhauces e de fum e quand aquò se desgalhèt Bravet s’avisèt que lo potz s’èra barrat e qu’avià disparegat. Ont se trobava ? Degun s’en soven. Mas avisa a pas tròp faire de bestiesas, poiriá benlèu se tornar dobrir….

René ESCUDIE